Actualités

07 déc 2011

Fronde justifiée contre les frais élevés des fonds communs de placement

Jonathan Chevreau, du Financial Post, a écrit quelques articles récemment dans lesquels il s’interroge sur la sincérité du secteur des fonds communs de placement (FCP) du Canada lorsqu’il dit vouloir améliorer la littératie financière, quand on sait que les ratios de frais de gestion au pays sont parmi les plus élevés au monde. Si la connaissance des frais s’améliore, beaucoup d’investisseurs ignorent encore l’impact qu’ont des frais élevés et pensent à tort que leur représentant en fonds communs de placement agira nécessairement au mieux de leurs intérêts. Nous vous proposons à ce sujet de lire les articles intitulés Ok, Investors Group, now the gloves are off on your financial literacy stance et MER debate: Mutual fund industry stands its ground.

Ted Rechtshaffen, du quotidien The Globe and Mail, a aussi abordé la question dans son article intitulé Investors Group mutual fund fees among the highest in Canada.

Rob Carrick, du même journal, estime que les investisseurs se font escroquer et suggère quelques options de placement à faible coût pour remplacer les fonds communs dans son article intitulé The no-gouge way to better investing.

Le 23 septembre, FAIR Canada a écrit une lettre ouverte au ministre canadien des Finances, Jim Flaherty, pour lui demander d’inclure un examen du coût élevé de détention de parts de FCP pour les Canadiens comparativement aux Américains, dans le cadre de l’étude que mènera le Comité sénatorial permanent des finances nationales sur l’écart de prix entre des produits canadiens et américains. Le Ministre a depuis demandé au Comité d’ajouter les FCP à la liste des produits à comparer, et FAIR Canada a demandé de comparaître devant le Comité.